menu haut

samedi 25 décembre 2010

Lip Service revient en 2e saison


Et de deux! La BBC vient d'annoncer que la série lesbienne "Lip Service" aurait une suite, les six épisodes de la première saison ayant réuni une audience moyenne de plus d'un demi-million de téléspectateurs, selon la télévision britannique.

La créatrice de "Lip Service", Harriet Braun ("Mistresses"), assure qu'elle a encore "de grands rebondissements et surprises dans (ses) manches" pour "faire progresser" Cat (Laura Fraser), Sam (Heather Peace, seule lesbienne out de la série), Frankie (Ruta Gedmintas) et Tess (Fiona Button) dans leurs aventures écossaises à Glasgow.



La BBC, qui vise la tranche des 16 à 34 ans, ne précise pas si toutes les actrices -et les acteurs- rempilent pour la deuxième saison de "Lip Service". La nouvelle d'une suite est unanimement applaudie sur les forums britanniques lesbiens, mais les avis restent divisés sur les interprétations, dialogues et scénario de la première saison, pas encore commercialisée en français.

- Lire aussi sur LToutes: "Lip service: le L Word britannique?" (21/10/2009)

dimanche 19 décembre 2010

La fin du tabou gay dans l'armée américaine


Actualisé avec la promulgation de l'abrogation le 22/12/2010

Les gays et lesbiennes vont pouvoir assumer ouvertement leur homosexualité dans l'armée américaine.

Barack Obama a promulgué mercredi 22 décembre 2010 la loi mettant fin à 17 ans de "Don't ask, don't tell" (ne rien demander, ne rien dire), comme il s'y était engagé pendant la campagne électorale.

"C'est tout simplement, moralement et militairement, ce qu'il faut faire", a déclaré le président américain, "je dis à tous les Américains, homosexuels ou hétérosexuels, qui veulent tout simplement défendre ce pays sous l'uniforme: votre pays a besoin de vous, votre pays veut de vous".

Après la Chambre des représentants, le Sénat des Etats-Unis avait voté samedi 18 décembre, par 65 voix contre 31, la fin du DADT qui a valu à de nombreux militaires d'être exclus de l'armée américaine pour homosexualité.

Dans un communiqué, le président américain Barack Obama, qui a passé des coups de téléphone jusqu'au dernier moment pour convaincre les derniers hésitants, a salué un "vote historique". "En mettant fin au "Don’t Ask, Don’t Tell", notre nation ne se privera plus de milliers de patriotes contraints de quitter l'armée malgré des années de service exemplaire, simplement parce qu'ils sont homosexuels. Et plusieurs milliers d'autres n'auront plus à vivre dans le mensonge pour servir le pays qu'ils aiment".


Instaurée en 1993 par l’administration Clinton, DADT était un compromis destiné à éviter l’interdiction absolue faite aux gays et aux lesbiennes de s’engager dans l’armée. Mais elle a abouti au renvoi de plus de 14.000 membres de l'armée américaine en 17 ans, selon l'association de défense des militaires SLDN. C'est d'ailleurs ce qui arrive au personnage de Tasha (Rose Rollins) dans la série "The L Word".

samedi 18 décembre 2010

La pub lesbienne qui choque Berlusconi


Deux femmes qui se lancent des oeillades suggestives pendant une soirée avant de finir au lit... La scène ne finira pas comme prévu: il s'agit en fait de la nouvelle publicité pour la Renault Twingo diffusée en Italie. Le slogan: "la nouvelle Twingo Miss Sixty... C'est un truc de filles". Réalisée par Publicis, elle a apparemment réussi l'exploit de choquer le chef du gouverment italien Silvio Berlusconi: les chaînes de son groupe Médiaset ont annoncé qu'elles ne la diffuseraient pas, tout comme la chaîne publique Rai, raconte le Daily Mail.

"Les limites sont-elles franchies? Une chose est sûre: il n'y a aucun détail technique concernant la voiture elle-même dans cette pub", sourit le Corriere Della Sera.

Des associations de défense des droits des homosexuels ont également dénoncé cette pub, jugée offensante pour les lesbiennes. Masi le débat fait rage sur les forums, d'autres homos y voyant un changement plutôt agréable. "Nous avons voulu créer une publicité originale, drôle mais pas vulgaire, et je pense que nous y sommes parvenus", se défend Daniele Tranchini de Publicis-Milan. Pour l'instant, la pub n'est diffusée qu'en Italie, sur la chaîne Sky, mais elle pourrait bientôt l'être dans toute l'Europe.

Dur d'être homo au boulot



L'homosexualité nuit à l'embauche et à la progression dans l'entreprise. C'est ce qui ressort d'un sondage CSA pour la HALDE (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité) sur la perception des discriminations au travail dans le public et le privé.

Environ 5% des personnes interrogées disent avoir été victimes ou témoins de discriminations liées à l'homosexualité.

D'après cette enquête, 10% des salariés du public et 16% de ceux du privé estiment qu'être lesbienne ou gay constitue un facteur de discrimination à l'embauche dans leur entreprise -toutefois loin derrière le fait d'être séropositif ou atteint du SIDA (30% dans le public et 26% dans le privé).

Ce "handicap" persiste une fois dans la place car la progression professionnelle en est freinée, surtout dans le privé (14% le pensent, contre 8% dans le public), bien que seuls 1% des salariés du privé estiment que leur homosexualité leur vaut d'être moins bien payés que des collègues aux compétences et statut équivalents.

- Lire aussi sur LToutes: "Une lesbienne sur trois victime d'agression au travail" (14/05/2009)

Rappelons que l'orientation sexuelle est l'un des 18 critères de discrimination punis par la loi (article 225-1 du Code pénal). Début 2010, par exemple, dans le nord de la France, un employeur a été condamné à verser 14.400 euros d'indemnités à un salarié victime de harcèlement moral puis licencié parce qu'il était homosexuel.

Le sondage a été réalisé par téléphone les 24 et 25 novembre et les 1er et 2 décembre 2010 auprès d'un échantillon de 1.080 personnes comprenant un échantillon national représentatif de 578 salariés du privé et un échantillon national représentatif de 502 agents de la fonction publique, tous deux constitués selon la méthode des quotas.

jeudi 2 décembre 2010

Mariage gay: et si les Sages disaient oui...


Coup de tonnerre dans le monde politique français. Le Conseil constitutionnel a jeté un pavé dans la mare en censurant les articles 75 et 144 du code civil, les seuls à évoquer les époux comme "mari et femme" ou "homme et femme". En décidant de les supprimer purement et simplement car ils les jugent discriminatoires, les Sages rendent du même coup légaux les mariages entre personnes de meme sexe. Les homosexuels se ruent dans les mairies, Christine Boutin s'étrangle...

Il ne s'agit encore que de fiction. Le Conseil, saisi le 16 novembre dernier par la Cour de cassation, a trois mois pour se prononcer. Il doit examiner la demande de Corinne et Sophie, qui contestaient le 24 août 2010 devant le tribunal de grande instance de Reims la constitutionnalité des articles 75 et 144 du Code civil "en ce qu’ils limitent la liberté individuelle d’un citoyen français de contracter mariage avec une personne du même sexe". "Les questions posées font aujourd’hui l’objet d’un large débat dans la société, en raison, notamment, de l’évolution des moeurs et de la reconnaissance du mariage entre personnes de même sexe dans les législations de plusieurs pays étrangers", a estimé la Cour de cassation pour justifier sa décision de saisir le Conseil constitutionnel.

Il est peu probable, toutefois, que les Sages légalisent le mariage homo. Lors d'une précédente décision, le 6 octobre 2010, portant sur l'adoption de l’enfant du partenaire, ils s'étaient contentés de botter en touche, renvoyant le problème au législateur. On voit mal pourquoi ils agiraient différemment sur ce cas. Mais au moins, pour la deuxième fois en quelques mois, le débat est ouvert. "Les lignes bougent, les mentalités changent", s'est réjouie la maire (PS) de Montpellier Hélène Mandroux, qui milite pour la légalisation du mariage gay.

De plus, soulignait l'avocate Caroline Mécary dans un communiqué, la Cour de cassation semble avoir évolué, puisque sa décision "rompt avec l’arrêt qu'elle avait rendu le 13 mars 2007 dans l’affaire Chapin & Charpentier", les mariés de Bègles. Elle avait alors refusé de reconnaître la validité de leur mariage, célébré par le député Vert Noël Mamère. Dans cette affaire, la Cour européenne des droits de l’Homme, qui a été saisie en septembre 2007, doit fixer prochainement une date d’audience.

Le mariage est déjà ouvert aux couples de personnes de même sexe dans huit pays européens: Pays-Bas, Belgique, Espagne, Norvège, Suède, Portugal, Islande, Royaume-Uni. A quand la France?

lundi 22 novembre 2010

Homoparentalité et clichés chez des lycéens

Capture d'écran par SOS Homophobie

On se croirait dans les années 1970, quand Ménie Grégoire évoquait "l'homosexualité, ce douloureux problème". Sauf qu'il s'agit d'homoparentalité, et qu'en 2010 ce sont des lycéens qui alignent les clichés: "l'enfant ne saura pas qui appeler papa ou maman", les parents homos "ne sauront pas éduquer leurs enfants", et même, horreur suprême, l'enfant "peut devenir homosexuel".

Le sang de SOS Homophobie n'a fait qu'un tour, et l'association a interpellé les responsables du lycée Robert-Schuman du Havre sur leur responsabilité de contrôle des publications du journal Web de l'établissement, en proposant d'intervenir "auprès du corps éducatif et des élèves" pour remédier à leur méconnaissance de l'homoparentalité.

L'article publié le 19 novembre (voir copie d'écran) était accompagné d'une mention selon laquelle il s'agissait d'un "exercice argumentatif qui n'engage pas l'opinion des élèves". Il a été rapidement retiré du site, remplacé par un message d'excuses invoquant un "incident technique" qui "n'a pas permis de mettre en ligne l'intégralité d'un article contradictoire sur la lutte contre l'homophobie". Ce n'est que "l'édition partielle d'un travail d'élèves sur les discriminations", insiste l'équipe de direction, qui n'a pas pu être jointe par téléphone lundi.

On veut bien croire à un incident technique de publication -que celle qui n'a jamais "balancé" un bout d'article par erreur jette la première pierre- et que les arguments positifs allaient suivre, mais SOS Homophobie estime que la vigilance aurait probablement été plus grande si l'"exercice argumentatif" avait porté sur un autre motif de discrimination que l'homosexualité, comme l'égalité homme-femme ou le racisme.

Pour l'association, qui a été alertée par une enseignante sur sa ligne d'écoute, "cette affaire montre, une fois de plus, la nécessité que l'Education nationale se saisisse pleinement du sujet et mette les moyens nécessaires à la lutte contre l'homophobie dans les établissements, et plus globalement à quel point il est urgent que l'Etat et la société française reconnaissent l'homoparentalité comme une réalité familiale semblable aux autres".

Le président de SOS Homophobie, Bartholomé Girard, a déclaré à LToutes qu'à la suite de l'incident Robert-Schuman, des enseignants avaient contacté l'association pour témoigner "du problème qu'ils rencontrent du fait du manque de moyens pour informer sur les sujets LGBT" au collège et au lycée.

- Ligne d'écoute Azur de SOS Homophobie: 0810.108.135
- Ligne Azur pour les ados qui s'interrogent sur leur orientation sexuelle: 0810.20.30.40
- Page Web du ministère de l'Education nationale sur la lutte contre l'homophobie en milieu scolaire:
- Brochure "L'homophobie, savoir et réagir".

jeudi 11 novembre 2010

Pas de cadeau pour les pacsés

Bonne nouvelle pour les jeunes mariés: les députés ont décidé en commission des Finances de rétablir le cadeau fiscal auquel ils avaient jusque-là droit l'année de leur union. En revanche, pas de cadeau pour les pacsés. "Le mariage est une institution qui apporte de la solidité à la société. Il est donc légitime qu'il présente des avantages, notamment par rapport au pacs", peut-on ainsi lire dans l'exposé des motifs de l'amendement défendu par Hervé Mariton (photo).

C'est "une nouvelle avancée dans le conservatisme et les inégalités", s'est indigné SOS Homophobie dans un communiqué, dénonçant un "retour en arrière catastrophique en matière de droits des personnes LGBT" depuis l'élection de Nicolas Sarkozy. Un couple hétérosexuel, lui, "aura toujours la possibilité de se marier, et donc de bénéficier d'avantages fiscaux. Les couples homosexuels sont, une fois de plus, lésés, discriminés, considérés comme inférieurs", souligne l'association. Les Verts ont aussi fustigé une "vision passéiste et rétrograde tendant à privilégier fiscalement le mariage au détriment du PACS".

En 2009, selon l'INSEE, 175.000 ont été signés et 256.000 mariages célébrés. Le gouvernement devrait néanmoins mettre tout le monde d'accord, en confirmant au nom de la nécessité de faire des économies la suppression de cet avantage fiscal, pour les pacsés comme pour les mariés.

lundi 8 novembre 2010

Mandroux relance Sarkozy sur le mariage homosexuel


Un après avoir lancé "L'appel de Montpellier" pour la légalisation du mariage homosexuel en France, la maire socialiste Hélène Mandroux revient à la charge auprès de Nicolas Sarkozy, en l'exhortant à "faire preuve de courage politique".

"La France est aujourd'hui à la traîne sur cette question alors même que c'est elle qui avait ouvert la voie il y a une décennie avec le PACS", souligne-t-elle, ajoutant que plus de 10.000 élus et citoyens ont signé la pétition en faveur de l'ouverture du mariage aux couples de lesbiennes ou de gays. L'élue de Montpellier rappelle aussi que le PS s'est engagé à légaliser ces unions et ouvrir l'adoption aux couples homos s'il revenait aux affaires en 2012.

Mandroux avait déjà écrit au président en janvier pour lui demander, "au-delà des clivages politiques, de prendre les dispositions qui s'imposent" afin que tous les Français, quelle que soit leur orientation suexuelle, possèdent "la même liberté de choix". Elle dit n'avoir pas reçu de réponse de l'Elysée.

Les couples homosexuels peuvent actuellement se marier dans sept pays d'Europe: Portugal, Pays-Bas, Belgique, Espagne, Suède, Norvège et Islande. Le mariage entre personnes du même sexe est également légal en Argentine, en Afrique du Sud, au Canada, à Mexico et dans certains Etats des Etats-Unis: Connecticut, Iowa, Massachusetts, New Hampshire, Vermont, Washington DC.

vendredi 5 novembre 2010

"Les homos sont moins bien traités que les chiens"


"Au Cameroun, les personnes lesbiennes, gays ou bisexuelles sont moins bien traitées que les chiens", affirme Sébastien Mandeng, de l'Association pour la défense des droits des homosexuels. C'est ce que montre un rapport publié le 4 novembre par quatre organisations de défense des droits humains (Alternatives-Cameroun, l'Association pour la défense des droits des homosexuels, Human Rights Watch et la Commission internationale pour les droits des gays et lesbiennes).

Basé sur 45 entretiens de victimes, dont 16 femmes, il dénonce les arrestations sur la base de l'article 347 bis du Code pénal qui réprime l'homosexualité, les passages à tabac par la police, les exactions commises dans les prisons, ainsi qu'un climat homophobe général, en particulier au sein des familles.

Les lesbiennes, elles, sont moins souvent arrêtées que les gays. Leur calvaire se déroule essentiellement au sein des familles, où les femmes camerounaises sont étroitement surveillées, au point de voir leur liberté de circulation restreinte. Il suffit au Cameroun de ne pas s'habiller d'une manière "typiquement féminine" pour être montré du doigt. Les insultes sont alors courantes.

Sonia, 31 ans, en a fait l'expérience. "Le fait que je porte un short ou un pantalon me fait souvent passer pour une lesbienne aux yeux des gens. En plus, je joue au football, et au Cameroun, si tu joues au football, pour les gens, c’est que tu es lesbienne. Quand nous jouons, les hommes se rassemblent autour et nous insultent", raconte-t-elle. Etre lesbienne, cela veut dire "la mort dans mon quartier", ajoute-t-elle: "s’ils découvrent que tu es gay, ils te tuent. Ils se doutent que je le suis, mais ils ne peuvent pas le prouver parce que j’ai un fils".

Les femmes soupçonnées d'avoir des rapports sexuels avec des femmes peuvent être accusées de viol ou d'agression sexuelle au sein de leur communauté et risquent de perdre la garde de leurs enfants. C'est ce qui est arrivé à Laure, 34 ans. Sa famille lui a retiré ses trois enfants âgés de 9, 11 et 13 ans. "Je n’avais rien à dire parce que je suis lesbienne. Alors les enfants vivent maintenant avec leurs pères respectifs. Ce jour-là, mon amie et moi avons été jetées à la rue".


Quant à s'adresser à la police... "La police n’écouterait pas une lesbienne", résume Clarisse, 24 ans, victime d'une agression sexuelle. Pire: elle risquerait d'être arrêtée sur le fondement de l’article 347 bis. Dès lors, beaucoup se cachent, voire ont un petit ami comme "couverture".

C'est le cas d'Agnès, 32 ans, qui vit avec sa famille à Yaoundé. "Ce n’est pas que j’en aie envie, mais je suis obligée de coucher avec lui. Je dois montrer à ma famille que je suis avec un homme. C’est aussi pour ça que j’ai fait un enfant. Mon copain m’a déjà demandé à trois reprises si j’étais lesbienne. J’ai toujours nié". Marthe, 30 ans, a aussi un petit ami et une petite amie. "J’aimerais qu’il en soit autrement, j’aimerais pouvoir m’exprimer plus librement mais c’est impossible (...) Je suis avec mon copain depuis quatre ans et avec ma copine depuis deux ans et demi. Mon copain est une couverture (...) Je suis très croyante et dans mon église, ils pensent que c’est de la sorcellerie".

jeudi 21 octobre 2010

La Russie condamnée à la Gay Pride


La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a condamné la Russie à verser 29.510 euros à un militant des droits des homosexuels, pour l'avoir empêché d'organiser le défilé de la Gay Pride à Moscou en 2006, 2007 et 2008, sous des prétextes d'ordre public et moral.

La CEDH a estimé que les refus de la mairie de Moscou, du gouvernement et des tribunaux étaient injustifiés, qu'ils "n'étaient pas nécessaires dans une société démocratique" et que Nikolaï Alexeïev, gay, avait été victime d'une discrimination fondée sur son orientation sexuelle.

"C'est une défaite écrasante de l'homophobie de Russie", s'exclame Alexeyev sur son blog. "Nous proclamons le 21 octobre 2010 Jour de la Libération de la communauté LGBT en Russie", poursuit-il, "désormais, nous célébrerons cette fête chaque année par des actions publiques!"

Alexeïev rappelle que le maire de Moscou, Iouri Loujkov, récemment limogé après 18 ans à la tête de la capitale, avait qualifié la Gay Pride de "satanique" et les homosexuels d'"armes de destruction massive", entre autres gracieusetés. Mais après cette condamnation, le successeur de Loujkov, Sergueï Sobianine, "ne peut pas interdire la sixième Gay Pride à Moscou, prévue pour le mois de mai prochain".

La Cour européenne a souligné que les Gay Prides étaient destinées à "appeler l'attention du public sur la discrimination envers la communauté gay et lesbienne de Russie et à promouvoir la tolérance et le respect des droits de l'Homme" et que le maire de Moscou avait même mobilisé particuliers et organisations religieuses contre la Gay Pride.

La Convention européenne des droits de l'Homme "protège les manifestations non violentes, même celles qui peuvent heurter ou choquer ceux qui ne partagent pas les idées défendues par les manifestants", rappelle la CEDH dans son arrêt, soulignant "qu'il doit être possible de manifester sans crainte d'être agressé physiquement par ses adversaires".

En interdisant les marches au lieu de les protéger, les autorités moscovites "ont en pratique approuvé et soutenu les groupes qui appelaient à perturber les marches pacifiques en violation de la loi et de l'ordre public". Car en réalité, les autorités "étaient principalement guidées par les valeurs morales de la majorité".

La CEDH note que le gouvernement russe a déclaré "que les manifestations de ce type devaient être interdites par principe car la propagande homosexuelle était incompatible avec les doctrines religieuses et la morale publique et risquait de nuire aux enfants et aux adultes qui y étaient exposés".

Pour la Cour européenne, "la société ne peut se positionner sur des questions aussi complexes que celle des droits des homosexuels que par un débat équitable et public", dans lequel s'inscrivent les marches de la Gay Pride.

La Russie dispose de trois mois pour faire appel de la décision de la CEDH.

Retour au placard pour les militaires americains


Leurs organisations les avaient prévenus: les militaires américains gays ou lesbiennes retournent au placard, après avoir eu brièvement le droit d'évoquer ouvertement leur homosexualité dans l'armée.

Le gouvernement américain a obtenu la suspension provisoire de l'injonction du 12 octobre qui bloquait immédiatement l'application de la loi "don't ask, don't tell" (ne le demandez pas, ne le dites pas, DADT) de 1993 imposant le silence sur l'orientation sexuelle dans l'armée.

La loi DADT a abouti au renvoi de plus de 14.000 membres de l'armée américaine en 17 ans, selon l'association de défense des militaires SLDN. C'est d'ailleurs ce qui arrive au personnage de Tasha (Rose Rollins) dans la série "The L Word".

Un sondage CBS News réalisé début octobre montre que 56% des Américains (marge d'erreur: plus ou moins 4 points de pourcentage) souhaitent que les gays et lesbiennes puissent servir ouvertement dans l'armée. Quant au gouvernement, il est paradoxalement favorable à l'abrogation de la loi DADT, que le président Barack Obama a promise, mais par la voie parlementaire.

Il y a de quoi s'y perdre, entre suspensions et suspensions de suspension de la DADT, y compris pour le Pentagone, qui venait d'ordonner aux recruteurs de l'armée d'accepter les candidats se déclarant homosexuels.

L'association conservatrice Log Cabin Republicans à l'origine de la plainte contre la loi DADT et de la victoire du 12 octobre, a jusqu'au 25 octobre pour transmettre à la cour d'appel de San Francisco ses arguments contre la suspension de l'injonction. Les magistrats diront alors s'ils rétablissent la loi DADT jusqu'à leur décision concernant l'appel du gouvernement contre la décision de la juge Philips déclarant la DADT inconstitutionnelle.

mercredi 13 octobre 2010

Les homos remportent une bataille dans l'armée américaine


Actualisé le 20/10/2010 après l'appel du ministère de la Justice

Les gays et lesbiennes vont-ils enfin pouvoir servir dans l'armée américaine sans se cacher?

C'est ce qu'a ordonné une juge fédérale, en interdisant l'application de la loi "Don't Ask, Don't Tell" (DADT, "ne le demandez pas, ne le dites pas") qui a abouti au renvoi de plus de 14.000 homosexuels depuis 1993, selon l'association de défense des militaires SLDN.

Le président Barack Obama avait promis d'abroger cette loi et a réaffirmé qu'il le ferait, mais le gouvernement américain n'apprécie pas que ce soit la justice, et non le Congrès (Parlement), qui prenne l'initiative. La Chambre des représentants a voté l'abrogation de la DADT mais les républicains l'ont bloquée au Sénat, et rien ne dit que le texte aura plus de chances de passer après les élections de novembre.

L'association SLDN n'a pas été surprise que le ministère de la Justice fasse appel de la décision judiciaire, fondée sur le caractère non constitutionnel de la loi, et elle appelle à la plus grande prudence, soulignant que la neutralisation de la DADT n'est pas encore effective.

Les rebondissements se succèdent: le Pentagone, obéissant à l'injonction de la juge, a ordonné aux recruteurs d'accepter les recrues se déclarant gay ou lesbiennes, mais le gouvernement demande la suspension de l'application de l'injonction pendant la procédure d'appel. Débouté une première fois par la juge, il a fait appel de ce rejet le 20 octobre (oui, c'est compliqué...).

"La loi DADT est encore en vigueur. Les militaires lesbiennes, gays et bisexuels sont toujours renvoyés en vertu du 'Don't Ask, Don't Tell" et ils continueront de l'être jusqu'au terme du processus. Ne faites PAS votre coming-out", conseille la SLDN.

dimanche 10 octobre 2010

Homoparentalité: les "Sages" renvoient la balle au législateur

Est-il discriminatoire de limiter aux seuls couples mariés la possibilité d'exercer conjointement l'autorité parentale en cas d'adoption? Non, a estimé le Conseil constitutionnel, saisi par un couple de femmes qui souhaitait adopter.

L'article 365 du code civil réserve aux seuls couples mariés la possibilité d'exercer conjointement l'autorité parentale quand ils adoptent un enfant. En cas de concubinage ou de PACS en revanche, seul l'adoptant détient l'autorité parentale, son conjoint n'ayant aucun droit. Les homosexuels n'ayant pas le droit de se marier en France, Isabelle D et Isabelle B avaient saisi le Conseil constitutionnel, en espérant qu'il juge cet article discriminatoire et l'invalide. Mais les Sages ont préféré ne pas s'avancer sur la question, renvoyant la balle au législateur.

L'impossibilité d'exercer ensemble l'autorité parentale n’empêche pas de "mener une vie familiale normale", ont-il estimé dans leur décision. Mais surtout, le Conseil constitutionnel a jugé que le législateur a voulu la distinction entre couples mariés et non mariés "dans l'intérêt de l'enfant", et qu’il ne lui appartenait pas de le contredire. Il ne veut pas "substituer son appréciation à celle du législateur sur une telle question et, en particulier, sur les conséquences à tirer, en matière de filiation et d’autorité parentale, de la situation particulière de l’enfant élevé par deux personnes du même sexe".

"Encore faudrait-il que le législateur s'empare du sujet!", a rétorqué SOS homophobie, qui a dénoncé dans un communiqué "cet immobilisme total" du Conseil "et le décalage entre l'idée que se fait une partie de la classe gouvernante de la famille et la réalité de la société française".

"Plus d’une dizaine de propositions de loi de parlementaires socialistes" ont été déposées pour "garantir l’égalité pour tous et toutes sans discriminations en raison du genre ou de l’orientation sexuelle. Toutes ces propositions ont été rejetées par la droite", a rappelé la socialiste Najat Vallaud-Belkacem, secrétaire nationale aux questions de société. "La majorité parlementaire porte, avec le président de la République, une lourde responsabilité dans son incapacité à moderniser la société française, et à accorder aux Français des droits égaux".



"Il y a 30.00 enfants environ qui sont élevés par deux parents de même sexe" en France, a souligné sur Europe1 Nadine Morano. La secrétaire d’État chargée de la Famille a estimé que traiter différemment les enfants issus de familles hétéro- ou homoparentales constituait une discrimination. Pour autant, "sur ce sujet, je l’avoue très humblement, je suis minoritaire, et le président de la République au cours de la campagne électorale n’a jamais pris l’engagement de modifier l’adoption des couples homosexuels". Comment le faire bouger? "Vous savez, ça relève de la réflexion personnelle sur ces sujets".

mardi 5 octobre 2010

"The Kids are All Right": "Tout va bien"... ou presque




Actualisé avec les nominations aux Oscar et Golden Globe pour Annette Bening

Vingt ans et quelque de vie commune, ça use. Pour Nic et Jules, la vie de famille idéale vire au cauchemar quand les enfants décident de rencontrer leur père... biologique, car leurs mères sont lesbiennes et les ont conçus grâce à un don de sperme.

Avec "Tout va bien! The Kids are All Right" (sortie en France le 6 octobre), Lisa Cholodenko s'empare des sujets de société que sont l'homoparentalité et l'anonymat du don de sperme pour explorer le thème plus classique de la crise d'un couple, dans une comédie dramatique enlevée, tour à tour drôle et émouvante.

L'image d'Epinal de la famille homosexuelle heureuse élevant des enfants parfaits dans une Californie gay-friendly vole en éclats avec l'irruption du donneur de sperme qui expose au grand jour les zones d'ombre du tableau déjà suggérées au détour de quelques répliques.

S'inspirant de sa propre expérience, Lisa Cholodenko adopte un ton souvent ironique mais tendre aussi pour décrire ces vies et sexualités bouleversées auxquelles Annette Bening, dans le rôle de Nic-la-tête-sur-les-épaules, et Julianne Moore, dans celui de Jules-la-tête-dans-les-étoiles, prêtent corps et émotion.

Les deux actrices sont bien entourées, entre Mark Ruffalo, touchant en célibataire endurci très cool qui se découvre une vocation de père et de mari, et Mia Wasikowska ("Alice au pays des merveilles") et Josh Hutcherson ("Voyage au centre de la Terre"), ados responsables qui ne saisissent cependant pas tous les enjeux de leur démarche pour leurs "Mums".

On pourra regretter que la réalisatrice de "High Art" (1998) ait esquivé les aspects potentiellement polémiques ou subversifs de son sujet pour mettre en avant l'histoire universelle d'un couple en crise, où l'homosexualité et l'homoparentalité n'apparaissent que comme un ressort dramatique, mais c'est peut-être ce choix un peu trop lisse qui permet à "Tout va bien" de toucher un large public.

Car ces Kids-là, récompensés par le Teddy du meilleur film LGBT à Berlin, ont fait un carton au box-office américain. Annette Bening a obtenu le Golden Globe de la meilleure actrice de comédie et est nommée aux Oscar pour le meilleur premier rôle féminin, où sa principale concurrente est Natalie Portman, Golden Globe de la meilleure actrice de film dramatique pour "Black Swan".

"The Kids Are All Right" a aussi décroché des nominations aux Oscar pour le meilleur film de l'année, le meilleur scénario original et le meilleur second rôle masculin pour Mark Ruffalo.



- "Tout va bien! The Kids are All Right", de Lisa Cholodenko, avec Annette Bening, Julianne Moore, Mia Wasikowska, Josh Hutcherson, Mark Ruffalo. Durée: 1h46. Sortie en France le 6 octobre 2010. Photos DR

mercredi 1 septembre 2010

LToutes en vacances!


Toutes les bonnes choses ayant un début, les vacances sont arrivées pour LToutes.
Rendez-vous en octobre pour de nouvelles aventures lesbiennes!

samedi 21 août 2010

Les lesbiennes gagnent plus que les femmes hétéros


Dans le secteur privé, les lesbiennes gagneraient en moyenne 2,16% de plus que les femmes hétéros, selon une étude dévoilée samedi dans Libération. En revanche, les gays subissent de plein fouet les discriminations: leurs salaires sont en moyenne 6,5% moins élevés que leurs collègues hétérosexuels.

"Il existe bien une discrimination salariale marquée à l'encontre des gays", écrivent les auteurs du rapport. Et le chiffre de 6,5% n'est qu'une moyenne: l'échantillon étudié comprenant des homos qui ne sont pas identifiés comme tels par leur employeur, cela signifie que les gays "visibles" sont victimes d'une discrimination encore plus importante.

Les lesbiennes, elles, ne subiraient aucune différence de traitement par rapport aux hétérotes, et bénéficieraient même d'une "prime", qui tient surtout au fait qu'elles "sont en moyenne plus diplômées, occupent des emplois plus qualifiées, sont plus rarement à temps partiel, résident souvent en milieu urbain et élèvent moins fréquemment des enfants".

Rappelons toutefois, et ce n'est pas un détail, que la base de départ n'est pas la même, puisque les femmes gagnent en moyenne 18% de moins que les hommes dans le privé et le semi-public (INSEE)...

Les auteurs, Thierry Laurent et Ferhat Mihoubi, économistes au centre d'Etudes des politiques économiques (Epee) de l'université d'Evry, ont étudié la situation de 904 homos en couple représentatifs, dont 788 salariés. Ils se sont aussi basés sur douze années d'enquête emploi (de 1996 à 2007) de l'Insee.

vendredi 20 août 2010

Ecole: l'homophobie se banalise


Loin de reculer, les discriminations et préjugés de toutes sortes, et notamment l'homophobie, se banalisent à l'école. C'est la conclusion inquiétante d'un rapport qui doit être remis en septembre au ministre de l'Education Luc Chatel, et que Le Monde a dévoilé cette semaine.

"Les manifestations homophobes ont tendance à se banaliser", soulignent les auteurs, qui jugent les réactions et les sanctions de l'école face à ce phénomène "insuffisantes". A tel point que cela conduit à "légitimer des attitudes, des propos et des violences".

Pourtant, les conséquences sont graves pour les victimes: "décrochage scolaire et marginalisation peuvent, très rapidement, être des conséquences directes de l'homophobie ou de la manière problématique de vivre son homosexualité". Par ailleurs, "la première cause de mortalité chez les collégiens est le suicide, Et la première raison en est l'orientation sexuelle", a-t-on souligné au Monde dans l'entourage de Chatel.

Le rapport s'alarme également d'une "banalisation des injures et des actes" racistes et antisémites. Les handicapés, quant à eux, font "peur", alors que restent tenaces les préjugés sexistes, parfois intériorisés par les enseignants: trop souvent, les filles sont encore jugées "par nature, plus dociles, plus tournées vers la littérature et la communication".

Globalement, cette "détérioration du vivre ensemble (...) amènerait de plus en plus de situations de violences à caractère raciste, sexiste, homophobe", s'inquiète le rapport. L'entourage de Luc Chatel a promis de nouvelles mesures contre les discriminations.

mardi 17 août 2010

Mariage homo en Californie: un pas en avant, un pas en arrière


La valse-hésitation du mariage homosexuel continue en Californie. A la veille de la reprise des cérémonies prévues pour le 18 août, la cour d'appel fédérale a ordonné un nouveau gel, le temps d'examiner la constitutionnalité de la Proposition 8 les interdisant.

"Nous appelons les médias (américains) à mettre en avant les difficultés rencontrées par les couples (gays et lesbiens) de Californie faute de jouir de l'égalité de la protection de la loi", a déclaré Jarrett Barrios, président de l'Alliance gay et lesbienne contre la diffamation (GLAAD).

Environ 18.000 couples homosexuels, dont l'animatrice et humoriste Ellen DeGeneres et l'actrice Portia De Rossi, sont mariés depuis la légalisation de ces unions pendant quelques mois en 2008. Les contrats ont été validés malgré l'interdiction des mariages par référendum constitutionnel en novembre de la même année.

Au début du mois, la cour fédérale a déclaré illégale la Proposition 8 définissant le mariage comme l'union d'un homme et d'une femme dans la Constitution de Californie, mais les opposants au mariage homo ont contesté et obtenu la suspension pendant l'examen du dossier en appel.

En cas de validation de la Proposition 8, les associations LGBT devraient porter l'affaire devant la Cour suprême fédérale, dont les décisions sont sans appel et s'appliquent sur tout le territoire des Etats-Unis.

Actuellement, le mariage homosexuel est légal dans cinq Etats américains (Massachusetts, Iowa, Connecticut, Vermont, New Hampshire) et dans la capitale fédérale, Washington D.C.

Pendant ce temps, au Mexique, la Cour suprême a validé le droit à l'adoption pour les couples homosexuels à Mexico, après avoir déjà confirmé la légalisation du mariage des couples lesbiens et gays, décidée par la capitale en décembre 2009.

L'Argentine était quant à elle devenue le premier pays d'Amérique latine à légaliser le mariage homosexuel en juillet 2010.

jeudi 5 août 2010

Californie: une victoire pour le mariage homo


La Proposition 8 interdisant aux couples de lesbiennes et de gays californiens de se marier est inconstitutionnelle.

Ainsi en a décidé la cour fédérale, mais les opposants au mariage homosexuel devraient porter l'affaire devant la Cour suprême des Etats-Unis. L'enjeu deviendra alors national, puisque les décisions de cette instance s'imposent dans tout le pays.

Le mariage homosexuel est une véritable saga en Californie. Les derniers rebondissements avaient vu le mariage légalisé pendant quelques mois avant que l'adoption de la Proposition 8 par référendum en novembre 2008 n'y mette fin. La justice avait cependant validé les quelque 18.000 unions contractées dans l'intervalle, dont celle de la présentatrice et humoriste Ellen DeGeneres et de l'actrice Portia De Rossi.

On notera que même le gouverneur de l'Etat, Arnold Schwarzenegger (si, si, c'est bien lui) avait refusé de défendre la Proposition 8. Evoquant "les centaines de milliers de Californiens des foyers gays et lesbiens", il a qualifié l'invalidation de "jalon (...) sur la route de l'Amérique vers l'égalité et la liberté pour tous".

Le juge fédéral Vaughn Walker estime en effet dans sa décision du 5 août 2010 qu'interdire aux lesbiennes ou aux gays de se marier est inconstitutionnel, notamment parce que la Constitution californienne garantit à tous la même protection des lois.

Les associations des lesbiennes et gays ont immédiatement manifesté leur joie, dans les rues de Los Angeles notamment.

Dans sa décision, le magistrat démonte un à un les arguments des opposants au mariage homo -mormons et chrétiens radicaux au premier rang.

"La Proposition 8 échoue à avancer tout fondement rationnel au fait de distinguer les gays et les lesbiennes pour leur refuser le droit à se marier", écrit le juge Walker.

"En réalité, les éléments démontrent que la Proposition 8 ne fait rien d'autre que de graver dans la Constitution de Californie la notion selon laquelle les couples de sexe opposé sont supérieurs aux couples de même sexe", assène-t-il encore, or "la Californie n'a aucun intérêt à exercer une discrimination à l'encontre des gays et des lesbiennes".

Au fil du jugement, le magistrat aura également estimé qu'"autoriser les couples de même sexe à se marier a un effet au moins neutre, sinon positif, sur l'institution du mariage", et que "le genre des parents n'a aucune pertinence quant au développement des enfants".

Le juge Walker devrait se prononcer dans les tous prochains jours sur la reprise des mariages homosexuels. De leur côté, les opposants font appel et l'affaire pourrait aller jusqu'à la Cour suprême.

lundi 2 août 2010

Emmanuelle B et Laurence: "on a perdu 12 ans" pour l'adoption

Après 12 années de combat pour obtenir l'agrément du département du Jura, Emmanuelle B. et sa compagne Laurence vont peut-être devoir renoncer à l'adoption. En novembre dernier, elles ont pourtant finalement obtenu satisfaction, après une longue procédure judiciaire.

"On fait les démarches parce qu'il faut qu'on aille au bout", mais "si on obtient un enfant dans quatre ans c'est sûr que ce sera trop tard" et "on renoncera peut-être à ce projet", a expliqué Laurence hier sur France-info. "C'est profondément scandaleux qu'on ait perdu 12 ans (...) Les démarches, on les avait entreprises à 34 ans, maintenant on en a 46 ans..." Le Conseil général du Jura en était bien conscient en jouant la montre.

- Lire aussi sur LToutes: "Emmanuelle B., lesbienne, peut adopter" (10/11/2009).

dimanche 25 juillet 2010

Pension de reversion: encore une occasion perdue

Débat sur la réforme des retraites oblige, la question de l'extension de la pension de reversion aux couples pacsés est revenue sur la table des députés la semaine dernière. Lors de l'examen du projet de loi par la commission des affaires sociales, Martine Billard (Parti de gauche, photo) et d'autres députés du Front de gauche ont en effet déposé un amendement visant à en étendre le bénéfice aux couples pacsés, et non plus aux seuls couples mariés. Mais l'amendement a été rejeté par la majorité.

"Scandaleux", s'est indigné le député PS Gaetan Gorce, qui commentait le débat en direct sur twitter. La pension de réversion est la retraite qui est reversée au conjoint survivant d'une personne décédée. Les couples mariés y ont droit. Pas les pacsés. C'était pourtant une promesse de campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, a rappelé lors des débats la députée socialiste Danièle Hoffman-Rispal.

vendredi 23 juillet 2010

Les homos US: un marché exigeant


Combien pèsent les homosexuels aux Etats-Unis? 743 milliards de dollars (environ 575 milliards d'euros) pour 2010, contre 732 l'an dernier, selon l'étude annuelle d'une agence de communication spécialisée LGBT et une société de recherche en marketing. Entre 15 et 16 millions d'Américains adultes se déclareraient homosexuels, soit 6 à 7% des près de 310 millions d'habitants.

Le rapport annuel de Witeck-Combs Communications et Packaged Facts est destiné aux décideurs et entreprises qui s'adressent à ce segment de la population, comme les chaînes câblées, mais aussi à ceux qui voudraient bien le séduire.

Et les lesbiennes, gays, bi et trans américains sont exigeants: près de neuf sur dix affirment que la façon dont une entreprise traite ses employés influe sur leur choix, et près de quatre sur dix ont toutes les chances de préférer une marque connue pour offrir les mêmes avantages à tous ses salariés, y compris lesbiennes et gays.

En revanche, 70% ont déjà abandonné un produit ou un fournisseur pas assez gay-friendly. Quant au marketing spécial gays et lesbiennes, ça marche: c'est un atout supplémentaire pour le produit ou le service pour près de six consommateurs LGBT sur dix.

lundi 19 juillet 2010

Une nouvelle association LGBT consultante auprès de l'ONU


Soutenue par le gouvernement américain, une nouvelle association de défense des lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels (LGBT) vient d'obtenir le statut d'organisation non gouvernementale consultative au Conseil économique et social des Nations unies, un organe majeur de l'organisation mondiale.

Le Conseil économique et social de l'ONU consulte des universitaires, des représentants du monde des affaires et plus de 2.100 ONG. Il formule les grandes orientations des Nations unies sur les questions économiques et sociales internationales.

L'International Gay and Lesbian Human Rights Commission (IGLHRC) a obtenu le statut d'ONG consultative par 23 voix contre 13, avec 13 abstentions, après l'avoir demandé pendant trois ans. Une poignée d'autres associations LGBT possédaient déjà ce statut, dont l'ILGA (International Lesbian and Gay Association)-Europe dpuis 2006.

"Le message très clair est que ces voix (des LGBT) ne doivent pas être réduites au silence et que les droits de l'Homme ne peuvent pas être refusés sur la base de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre", a estimé Cary Alan Johnson, directeur exécutif de l'IGLHRC.

Il a salué la victoire en soulignant que son organisation avait été confrontée à des questions homophobes et des obstacles procéduraux de la part de certains membres du conseil. L'Egypte, l'Arabie saoudite, la Chine, la Russie, le Maroc, le Bangladesh et le Venezuela ont notamment voté contre.

jeudi 15 juillet 2010

L'Argentine légalise le mariage homosexuel


(Actualisé le 22/07/2010 après promulgation)

C'est historique. L'Argentine est le premier pays de la très catholique Amérique latine à légaliser le mariage homosexuel. Deux mois après les députés et malgré la farouche opposition de l'église, les sénateurs ont donné leur feu vert après des débats passionnés.

Les couples lesbiens et gays mariés auront les mêmes droits que les hétérosexuels, notamment le droit d'adopter. La présidente, Cristina Fernandez, a promulgué la loi le 21 juillet. "Aujourd'hui nous sommes une société plus égalitaire que la semaine dernière", a-t-elle lancé, après avoir salué la semaine précédente "une étape positive dans la défense des droits de la minorité".

"Aujourd'hui, je suis fier d'être argentin. Bienvenue dans un pays plus juste! Félicitations et merci à tous ceux qui ont combattu pendant des années pour que ce soit possible", a réagi Andres Alejo sur le site de la Fédération LGBT d'Argentine (FALGBT).

Le Premier ministre Anibal Fernandez, cité par les journaux et radios d'Argentine, s'est dit "très heureux" aussi, jugeant que c'était "un changement énorme pour une partie importante de la société qui avait été oubliée, rejetée et laissée de côté".

Buenos Aires autorisait déjà les unions civiles, et plusieurs couples s'étaient mariés depuis quelques mois, mais certains contrats avaient été invalidés par des juges peu convaincus de l'argument de l'égalité constitutionnelle de tous les Argentins.

Dans l'Amérique latine très conservatrice, plusieurs pays ou régions ont pourtant déjà fait des pas vers l'égalité des droits pour les lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels (LGBT), en reconnaissant l'union civile, voire le mariage, à Mexico. En France, patrie des droits de l'Homme, le PACS a fêté ses dix ans en 2009 mais la droite au pouvoir s'oppose au mariage homosexuel, défendu notamment par les verts et socialistes.

Dix pays du monde, dont sept en Europe, ont donc légalisé le mariage homosexuel à ce jour: Afrique du Sud, Argentine, Belgique, Canada, Espagne, Islande, Norvège, Pays-Bas, Portugal et Suède. Les gays et lesbiennes peuvent aussi se marier à Mexico et dans certains Etats des Etats-Unis: Connecticut, Iowa, Massachusetts, New Hampshire, Vermont, Washington DC.

mardi 13 juillet 2010

Appel pour en finir avec l'homophobie

Onze associations et organisations, dont Act Up-Paris, le Planning Familial et la LGP MOntpellier, lancent un appel pour "en finir avec l'homophobie, la lesbophobie et la transphobie", après l'agression de deux lesbiennes à Montpellier.

"Loin d'être un cas isolé, cette agression illustre la réalité de la lesbophobie en France en 2010", écrivent-elles, dénonçant le sentiment d'impunité qu'entretient la justice quand elle refuse de reconnaître le caractère homophobe des violences, et l'impact d'hommes politiques comme Christian Vanneste. C'est pour elles "le résultat de décennies de politiques menées par des gouvernements homophobes qui nous refusent partout et toujours l'égalité des droits".

A Montpelllier, les deux jeunes femmes "ont été frappées à coup de barre de fer, avec la complicité de certains passants, qui ont spontanément pris le parti des agresseurs" dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, rappellent les associations, qui relaient l'appel à témoin et entendent "tout faire pour que les agresseurs soient poursuivis".

"Cumul d'homophobie et de sexisme, la lesbophobie donne lieu à des violences de plus en plus nombreuses", affirment les associations, qui citent notamment l'agression de quatre femmes après la Lesbian and Gay Pride de Lyon, celle d'un couple lesbien à Paris fin mai, et le viol d'une lesbienne à Béziers début mars.

"La prévention de l'homophobie est encore insuffisante", estiment-elles, demandant au ministère de l'Education "des moyens concrets" pour la sensibilisation des élèves, et aux élus locaux de s'élever publiquement contre les propos homophobes et de défendre l'égalité des droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels (LBGT).

L'appel est signé par Act Up-Paris, CFDT Union départementale 34, Envie, Association Ghandis, LGP Montpellier, Life LGT 66, MCC Montpellier, OUTrans, les Panthères Roses, Collectif Pink freak’X, le Planning Familial.

lundi 12 juillet 2010

Quel avenir pour le couple lesbien de "Coeur Océan"?


D'abord il y avait Daphné (Caroline Guérin) et Melvil (Simon Ehrlacher), elle, brunette aux yeux bleus, lui brun ténébreux au menton bleu, tellement mââle. Et puis maintenant il y a Daphné et Manon (Jeanne Favre), elle, toujours brune aux yeux bleus, et elle, brune aux yeux noisette, tellement lesbienne.

La saison 4 de la série pour adolescents "Coeur Océan" de France-2 fait naître l'étincelle entre deux de ses héroïnes -l'une est un peu perdue et l'autre s'est fait jeter de chez elle par sa mère quand elle a annoncé son homosexualité- et ça fait causer les fans, qui s'interrogent tout de même sur l'avenir de ce jeune couple lesbien.

Pour Hyst3, "la relation Daphné-Manon est de loin la plus intéressante cette saison, puis il faut dire qu'on sent une véritable alchimie entre ces deux-là. Bref, hâte de voir la suite, l'évolution de cette relation". Cocoro3 trouve pour sa part que "ça change des histoires toutes faites de d'habitude! En + on sent quelle sont bien ensemble...! C'est chou!" Alors que selon Titounette 18600 "c'est malheureux quand même" parce que "Melvin et Daphné étaient bien ensemble"...

Mais Kim Gordon2 a peur pour son nouveau couple préféré: "Je me suis attachée à cette série grâce à cette histoire et au personnage de Max", écrit-elle, "j'espère que Daphné et Manon resteront ensemble même si c'est malheureusement encore service publiquement incorrect". "J'aimerais qu'enfin, sur une chaîne hertzienne, on puisse montrer un couple sain et 'normal' qui soit homosexuel et non juste le trouble d'une jeune fille qui ne sait pas ce qu'elle veut dans sa vie", insiste cette internaute.

"J'espère vraiment que ça va durer", écrit aussi Cloett1, "Daphné et Manon sont trop mignonnes ensemble c'est le plus beau couple de Coeur Océan!!!" Cathele57 également "espère que ça durera quelques épisodes tout de même", mais JumbiiBill douche leurs espoirs avec un définitif: "Si ça peut en rassurer quelques-un... Ca ne va... Pas... Durer!"

Durera? Durera pas? Difficile de le savoir sans être dans le secret des scénaristes de "Coeur Océan", mais l'expérience des séries télévisées françaises passées n'incite guère à l'optimisme. Les lesbiennes bien dans leur peau n'ont ainsi fait que quelques petits tours avant de s'en aller dans "P.J." ou "Plus belle la vie". Espérons que France-2 n'aura pas juste entrouvert la porte de l'homosexualité chez les jeunes pour la refermer aussitôt.

Nina, elle, a pris le parti d'en "profiter": "Je ne suis pas certaine que cette relation va durer (...), alors profitons, c'est déjà ça et pensons à la visibilité lesbienne qui en ressort pour tous les ados et autres qui regardent... On avance, on avance."

vendredi 9 juillet 2010

La Cour de cassation reconnaît deux mères lesbiennes


Pour la première fois en France, deux femmes ont été reconnues comme parentes à part entière de leur enfant. La Cour de Cassation a rendu hier un arrêt reconnaissant de fait le lien de filiation entre un enfant et la compagne de sa mère biologique. Seul bémol: il faut pour cela que l'adoption ait eu lieu d'abord aux Etats-Unis.

La Cour a en effet ordonné l’exequatur –la reconnaissance juridique sur le sol français– de la décision de la cour suprême du comté de DeKalb, aux Etats-Unis, qui reconnaissait Mme B. comme second parent de la fille née de sa compagne. "Cela revient à reconnaître qu'un enfant peut avoir juridiquement deux parents de même sexe", a toutefois souligné leur avocate, Me Caroline Mecary à 20minutes.fr.

Mme B, Française et médecin travaillant aux Etats-Unis et Mme N. médecin de nationalité américaine, sont unies aux Etats-Unis par un partenariat civil (le PACS local). En 1999, la Cour supérieure du Comté de Dekalb (Etat de Georgie) avait prononcé l'adoption par mme B. de leur fille, conçue par mme N. par insémination artificielle.

Une décision que le couple tentait, jusque-là en vain, de faire reconnaître en France. Elles ont d'abord essuyé un refus en 2007 du tribunal de grande instance de Paris, puis en 2008 de la cour d’appel de Paris, au motif que cela serait contraire à l’ordre public international français et que la mère biologique serait privée de son autorité parentale. Mais la Cour de cassation a estimé au contraire que l'exequatur ne heurtait pas de "principes essentiels du droit français".

"Non seulement cet arrêt bénéficie à cette petite fille, qui a désormais deux parents juridiques aux Etats-Unis et en France, mais il fera jurisprudence pour tous les couples binationaux dont l'un des membres aurait adopté l'enfant de son partenaire à l'étranger", a souligné Caroline Mecary.

L’Inter-LGBT s'est félicitée dans un communiqué de cette décision, alors que, pourtant, "la Cour de Cassation n'a eu de cesse ces dernières années de refuser l'adoption d'un enfant par la compagne de la mère biologique au motif que la mère biologique se trouverait alors privée de l'autorité parentale, ce qui serait contraire à l'intérêt de l'enfant". D'ailleurs, le même jour, un arrêt de la première chambre civile de la cour de cassation a refusé l’exercice partagé de l’autorité parentale à un couple lesbien français au motif que les deux femmes ne "démontraient pas en quoi l'intérêt supérieur des enfants exigeait que l'exercice de l'autorité parentale soit partagé entre elles".

L'Inter-LGBT pointe donc une "situation paradoxale" : "une femme ne peut pas exercer le partage de l’autorité parentale ou adopter l'enfant de sa compagne en France, mais si l'adoption a été prononcée à l'étranger, cette adoption peut être reconnue et produire ses effets en France".

Dans un communiqué, le Parti socialiste a aussi critiqué "l'iniquité ainsi introduite entre les citoyens français selon qu'ils auront adopté en France ou non". "Les retards pris par la législation française ainsi que ses nombreuses incohérences ne sont tout simplement plus acceptables", estime Najat Belkacem, en charge des questions de société au PS.

jeudi 8 juillet 2010

Gay Games: Yade remet sa tenue à la délégation française


Marraine de l'équipe de France pour les Gay Games 2010, Rama Yade devait recevoir les athlètes jeudi pour leur remettre la tenue officielle de la délégation française. La secrétaire d'Etat s'est engagée dans la prévention et la lutte contre l'homophobie dans le sport.

Les Gay Games se dérouleront du 31 juillet au 7 août 2010 à Cologne et réuniront quelque 10.000 sportifs dans 35 disciplines différentes.

LToutes adresse ses meilleurs voeux de réussite aux volleyeuses des Marsupiloupettes (voir le commentaire sous le post).

samedi 3 juillet 2010

Homosexualité: les Serbes divisés


Alors que leur président Boris Tadic s'est prononcé pour l'autorisation de la gay pride à Belgrade, les Serbes sont partagés entre rejet et acceptation de l'homosexualité, selon un sondage publié vendredi 2 juillet par l'Alliance gay-straight.

Une majorité de Serbes -56%- considèrent toujours l'homosexualité comme un danger pour la société, soit une progression de six points par raport à 2008. Ils sont 67% à estimer que c'est une maladie et 53% des personnes jugent même que l'Etat devrait la réprimer. Une radicalisation qui s'explique sans doute par l'adoption en 2009 d'une nouvelle loi prohibant la discrimination à l'égard des homosexuels.

Pourtant, paradoxalement,52% des personnes interrogées, contre 38% en 2008, pensent désormais que les homosexuels sont des personnes comme les autres, et 67% que chacun a le droit de choisir son orientation sexuelle... du moins tant qu'elle ne met pas les autres en danger.

La Serbie a donc encore du chemin à faire, alors que la première tentative de gay pride à Belgrade en 2001 s'était terminée dans la violence en raison de la présence de groupes ultranationalistes. Depuis, aucune gay pride n'a pu défiler en Serbie. La dernère tentative, en 2009, a échoué, la police estimant ne pas être en mesure d'assurer la sécurité des participants.

vendredi 2 juillet 2010

Les JO de Londres aux couleurs de l'arc-en-ciel LGBT


Les Jeux olympiques, c'est gay. Les organisateurs des JO de 2012 à Londres viennent de dévoiler un badge aux couleurs arc-en-ciel du drapeau de la cause des lesbiennes, gays, bi et transgenre (LGBT). Il faut dire qu'en 2012, Londres accueillera aussi la WorldPride.

Le pin's est mis en vente ce 3 juillet, pour coïncider avec la London Pride 2010. "J'espère que tout le monde achètera et portera son pin's avec fierté pour nous aider à obtenir une meilleure intégration dans le sport", a déclaré l'ex-capitaine du rugby gallois Gareth Thomas, 35 ans, qui a fait son coming out en décembre dernier.

Un badge LGBT est aussi disponible pour les Jeux paralympiques. Le prix de ce soutien homophile au sport? 5 livres sterling (environ 6 euros). D'autres badges de promotion de la diversité sont prévus.

mardi 29 juin 2010

Islande: la Première ministre a épousé sa compagne


C'est écrit dans son C.V. sur le site officiel du gouvernement islandais: la Première ministre, Johanna Sigurdardottir, 67 ans, est mariée avec l'écrivain et auteure de théâtre Jonina Leosdottir, 56 ans. Le couple est l'un des premiers à bénéficier de la légalisation du mariage homosexuel votée par le Parlement et entrée en vigueur le 27 juin.

Arrivée au pouvoir à la faveur de la crise financière et économique en 2009, Johanna Sigurdardottir est la première dirigeante d'un pays ouvertement lesbienne. La nouvelle loi lui a permis de transformer son partenariat enregistré de longue date en mariage.

Les couples lesbiens ou gays peuvent se marier dans sept pays européens à ce jour: Portugal, Pays-Bas, Belgique, Espagne, Suède, Norvège et Islande. En France, la droite au pouvoir n'envisage pas la légalisation, demandée notamment par le Parti socialiste.

La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a de son côté réaffirmé dans un arrêt du 24 juin 2010 que "la convention européenne des droits de l'Homme n'oblige pas un Etat à ouvrir le droit au mariage à un couple homosexuel".

mercredi 23 juin 2010

Toutes à la Marche des Fiertés à Paris


Des dizaines de milliers de lesbiennes, gays, bi et transgenre sont attendus à Paris le samedi 26 juin pour la Marche des fiertés LGBT 2010. Le mot d'ordre: "Violences, discriminations: ASSEZ! Liberté et égalité, partout et toujours".

Les chars partiront à 14h de Montparnasse et finiront leur parade place de la Bastille, où l'Inter-LGBT organise un grand concert gratuit à partir de 16h. Des DJ donneront le ton et des personnalités s'exprimeront sur la lutte contre les discriminations. Les organisateurs de l'ex-Gay Pride revendiquent plus de 700.000 participants à Paris en 2009, qui ferme traditionnellement toute une série de Marches à Lille, Bordeaux, Rennes, Caen, Strasbourg, Biarritz, Toulouse...

Pour celles qui ne voient pas l'intérêt d'y aller, rappelons qu'être lesbienne en France aujourd'hui c'est aussi ne pas avoir le droit de se marier, d'adopter un enfant en couple ou d'avoir accès à la procréation médicalement assistée (PMA). C'est encore trop souvent la dissimulation et le mensonge, la peur et la solitude.

La Lesbienne invisible a dressé une liste d'arguments plus que convaincants pour le fanzine Barbieturix: il y est question de droits, de rencontres, de coming-out et d'éclate. De notre vie, quoi.

samedi 19 juin 2010

Ilene Chaiken défend le glamour de "L Word"



Ilene Chaiken estime que c'est le côté glamour des héroïnes branchées du "L Word" "que le public appréciait" même si on lui reproche souvent cette distance avec la réalité.

La productrice américaine affirme au site Toutelatele.com qu'elle travaille toujours sur le script d'un film inspiré du "L Word", "une comédie romantique" qui devrait répondre aux questions laissées en suspens par la dernière saison de la série lesbienne la plus connue au monde.

Mais Ilene Chaiken revient de toute façon sur le devant de la scène le 20 juin, avec le début de la diffusion par la chaîne câblée Showtime de "The Real L Word", une série de téléréalité qui suivra la vie quotidienne de six lesbiennes -Mikey, Rose, Tracy, Whitney, Nikki et Jill... à Los Angeles. Celles qui rêvaient d'une plongée dans la vie réelle des lesbiennes risquent de rester sur leur faim.

dimanche 6 juin 2010

Dans le secret d'Anne Lister, lesbienne au XIXe siècle


(Actualisé le 10/06/2010)
Anne Lister (1791-1840) est souvent considérée comme "la première lesbienne moderne" en Grande-Bretagne, mais jusque-là cette contemporaine de Jane Austen (1775-1817) restait peu connue du grand public.

La BBC vient d'y remédier avec un téléfilm intitulé "The Secret Diaries of Miss Anne Lister" ("Les Journaux intimes de Miss Anne Lister"), où l'on découvre une femme consciente de son homosexualité dès son plus jeune âge et déterminée à la vivre aussi ouvertement que le permet l'époque.

"J'aime et aime seulement le sexe faible et, en étant aimée en retour, mon coeur se révolte de quelque autre amour que le sien", écrit ainsi Anne Lister dans un de ses carnets, une vingtaine de volumes en partie rédigés dans un code secret qui ne sera cassé que longtemps après sa mort.

Anne Lister découvre son homosexualité en pension et n'acceptera jamais de la dissimuler. Devenue propriétaire terrienne par héritage, elle gère son domaine en femme indépendante et, après plusieurs liaisons, dont une avec une femme mariée, y vit avec sa compagne, organisant même un "mariage" avec elle. On la surnomme "Gentleman Jack".

Passionnée de voyages et de connaissance, Anne Lister se livre totalement dans son journal intime, mêlant considérations sur son époque, la politique, la gestion du domaine et confidences amoureuses et sexuelles. Reste à voir si la télévision française achètera un téléfilm sur une presque inconnue, lesbienne qui plus est...

Interrogé par LToutes, le producteur, Mark Bentley, a déclaré qu'à sa connaissance "Anne Lister..." n'avait pas encore été acheté par la télévision française mais que "le Festival LGBT de Paris avait pris contact pour le diffuser en novembre". Vu la date, il pourrait bien s'agir de "Chéries-Chéris, le Festival de Films Gays Lesbiens Trans & +++ de Paris". Mark Bentley précise encore que le téléfilm a déjà été diffusé au festival LGBT de Londres, a clos l'Inside Out Festival de Toronto et ouvrira le San Francisco Frameline à la mi-juin. "Le journal secret d'Ann Lister" est disponible en DVD en anglais sous-titré en français.

Maxine Peake (Anne Lister) et Christine Bottomley (Ann Walker) -Photo BBC-


samedi 5 juin 2010

Les étrangers homos interdits en Arabie saoudite


Homosexuel et installé depuis neuf ans en Arabie saoudite comme travailleur étranger, Ramil Autentico sait qu'il vaut mieux être prudent: être gay en Arabie saoudite est dangereux. "S'ils vous voient marcher d'un façon efféminée ou mettre du maquillage, ils en concluent que vous êtes homo et ils vous arrêtent. Ils vous appellent "harami" (homo), et cela veut dire que vous risquez d'être arrêté", témoigne-t-il sur GMA-7, la première chaîne de télévision des Philippines.

Au nom de la charia, l'Arabie saoudite interdit et réprime l'homosexualité. Le mois dernier, elle a encore durci le ton en interdisant désormais le recrutement de travailleurs homosexuels, même étrangers.

Le 26 mai dernier, l'ambassade saoudienne à Manille a officiellement appelé les agences de recrutement philippine à exclure "ceux qui appartiennent au troisième sexe", faute de quoi elle ne fera plus appel à elles. Or, l'Arabie saoudite est la première destination des travailleurs migrants philippins. L'association Ang Ladlad, qui défend les droits des gays et lesbiennes, a dénoncé des mesures discriminatoires.

samedi 29 mai 2010

USA: vers l'abrogation du "don't ask don't tell"


La chambre des Représentants américaine a adopté vendredi un amendement qui prévoit l'abrogation du "don't ask, don't tell"(ne rien demander, ne rien dire), qui oblige actuellement les homosexuels servant dans l'armée à cacher leur orientation sexuelle sous peine d'être exclus.

Pour que cette abrogation devienne effective, il faudra toutefois attendre les résultats d'une vaste évaluation menée par le Pentagone et le feu vert des principaux commandants de l'armée.

Le débat s'annonce aussi houleux au Sénat: si une commission a approuvé jeudi l'abrogation de la loi, les opposants sont encore nombreux. L'association servicemembers legal defense network (sdln), qui se bat pour l'abrogation du "Don’t Ask, Don’t Tell", a salué un "vote historique".