menu haut

lundi 20 avril 2009

Sénégal: les 9 gays condamnés sont libres

Les neuf jeunes Sénégalais condamnés à huit ans de prison pour leur homosexualité en janvier dernier ont été remis en liberté lundi. L'ONUSIDA a salué la décision de la cour d'appel de Dakar de relâcher ces hommes qui font partie d'une organisation sénégalaise de lutte contre le SIDA.

"L'homophobie et la criminalisation fondée sur l'orientation sexuelle alimentent l'épidémie de SIDA. Nous exhortons le Sénégal à prendre des mesures pour abroger de telles lois qui bloquent la lutte contre le SIDA", a déclaré le directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé. "Les droits des hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes doivent être protégés."

Les neuf jeunes homosexuels avaient été condamnés pour "acte impudique, acte contre nature et association de malfaiteurs". Il s'agissait de militants contre le SIDA, parmi lesquels Diadji Diouf, figure de la communauté sénégalaise lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre (LGBT) dans ce pays.

De nombreuses associations LGBT dans le monde étaient alors montées au créneau pour dénoncer cette décision, qui intervenait dans un contexte d'homophobie grandissante au Sénégal. En France, la ministre de la Santé Roselyne Bachelot avait dénoncé cette condamnation et le président Nicolas Sarkozy avait même fait part de son "émotion".

L'ONUSIDA a dit souhaiter que les pays luttent contre "la stigmatisation et la discrimination" en "amendant les lois qui interdisent les relations sexuelles entre adultes consentants et en privé; en mettant en oeuvre la lutte contre la discrimination; en proposant des services d'aide juridique; et en menant des campagnes contre l'homophobie". Sinon, estime l'agence de l'ONU, les pays risquent de ne pas atteindre l'objectif de l'accès universel à la prévention, au traitement et aux soins concernant le VIH/SIDA d'ici 2010.

Comme 37 autres pays d'Afrique, le Sénégal considère l'homosexualité comme un crime. L'Afrique du Sud avait d'ailleurs soulevé un tollé dans la région en 2006 en légalisant le mariage gay et lesbien.