menu haut

mardi 13 juillet 2010

Appel pour en finir avec l'homophobie

Onze associations et organisations, dont Act Up-Paris, le Planning Familial et la LGP MOntpellier, lancent un appel pour "en finir avec l'homophobie, la lesbophobie et la transphobie", après l'agression de deux lesbiennes à Montpellier.

"Loin d'être un cas isolé, cette agression illustre la réalité de la lesbophobie en France en 2010", écrivent-elles, dénonçant le sentiment d'impunité qu'entretient la justice quand elle refuse de reconnaître le caractère homophobe des violences, et l'impact d'hommes politiques comme Christian Vanneste. C'est pour elles "le résultat de décennies de politiques menées par des gouvernements homophobes qui nous refusent partout et toujours l'égalité des droits".

A Montpelllier, les deux jeunes femmes "ont été frappées à coup de barre de fer, avec la complicité de certains passants, qui ont spontanément pris le parti des agresseurs" dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, rappellent les associations, qui relaient l'appel à témoin et entendent "tout faire pour que les agresseurs soient poursuivis".

"Cumul d'homophobie et de sexisme, la lesbophobie donne lieu à des violences de plus en plus nombreuses", affirment les associations, qui citent notamment l'agression de quatre femmes après la Lesbian and Gay Pride de Lyon, celle d'un couple lesbien à Paris fin mai, et le viol d'une lesbienne à Béziers début mars.

"La prévention de l'homophobie est encore insuffisante", estiment-elles, demandant au ministère de l'Education "des moyens concrets" pour la sensibilisation des élèves, et aux élus locaux de s'élever publiquement contre les propos homophobes et de défendre l'égalité des droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels (LBGT).

L'appel est signé par Act Up-Paris, CFDT Union départementale 34, Envie, Association Ghandis, LGP Montpellier, Life LGT 66, MCC Montpellier, OUTrans, les Panthères Roses, Collectif Pink freak’X, le Planning Familial.