menu haut

jeudi 22 octobre 2009

Ouganda: vers une "loi anti-gay"


Le Parlement ougandais examine un projet de "loi anti-homosexualité" qui interdit non seulement tout comportement homosexuel, mais aussi la "promotion de l'homosexualité" et devrait donc, de fait, rendre impossible le travail des associations. La Commission internationale gay et lesbienne de défense des droits de l'Homme (IGLHRC) et l'organisation Minorités sexuelles en Ouganda (SMUG), une coalition d'associations de défense des droits des gays, ont tiré la sonnette d'alarme et appelé cette semaine au retrait de ce texte.

A l'heure actuelle, les "actes contre nature" sont déjà punis dans la loi ougandaise de la prison à vie, ce qui permet aux autorités locales de persécuter lesbiennes, gays, bi ou transexuels. Avec ce nouveau texte, l'homosexualité serait désormais spécifiquement visée et les sanctions alourdies. Le simple fait de "toucher quelqu'un avec l'intention de commettre un acte homosexuel" pourrait ainsi ête puni de la prison à vie. Et c'est la peine de mort qui s'appliquerait en cas d'"homosexualité aggravée", commise par des "récidivistes" ou par des personnes atteintes du VIH.

Mais le projet de loi réprime aussi la "promotion de l'homosexualité", c'est-à-dire la création ou le soutien d'organisations LGBT tout comme la distribution de documents sur l'homosexualité. La peine encourue est alors de 5 à 7 ans de prison. La non-dénonciation de ces "crimes", qu'ils soient commis en Ouganda ou hors de ses frontières, est punie de trois ans de prison.

Ce texte "interdit de fait toute organisation politique ou communauté qui ne soit pas hétéronormée", a accusé l'IGLHRC dans un communiqué. "Il encourage implicitement la persécution des personnes LGBT" et "compromet sérieusement (...) toutes les activités de prévention du VIH en Ouganda".

Pour participer à la campagne de l'IGLHRC: cliquez!