menu haut

mercredi 28 janvier 2009

Une lesbienne à la tête du gouvernement islandais?

Jóhanna Sigurdardóttir pourrait bien devenir la première lesbienne déclarée au monde à prendre la tête d'un gouvernement.

L'actuelle et très populaire ministre islandaise des Affaires sociales, une sociale-démocrate, s'est dit en tout cas prête à assumer les fonctions de Première ministre. Les négociations sont encore en cours, mais elle apparait comme la favorite, alors que l'île est frappée par l'une des plus graves crises économiques de son histoire.

- Lire aussi sur LToutes: "Une lesbienne aux manettes de l'Islande" (01/02/2009); "La première cheffe de gouvernement lesbienne racontée par sa nièce" (01/02/2009)

Le président islandais Olafur Ragnar Grimsson a demandé mardi à l'Alliance sociale-démocrate de former un nouveau gouvernement avec les Verts après l'effondrement de la coalition conduite par le Premier ministre sortant Geir Haarde, poussé à la démission par la colère des Islandais face à la crise.

La présidente de l'Alliance sociale-démocrate Ingibjörg Sólrún Gísladóttir a proposé la nomination de Jóhanna Sigurdardóttir au poste de Premier ministre, selon le quotidien islandais "Fréttablaðið". Si elle est choisie, elle dirigera le pays -le président n'a qu'un rôle honorifique- jusqu'aux élections prévues en mai prochain.

Selon un sondage Capacent Gallup de décembre 2008, Jóhanna Sigurdardóttir est la ministre la plus populaire du gouvernement islandais, avec 73% d'opinions favorables.

A 66 ans, elle fait figure de vétéran dans la classe politique islandaise. Hôtesse de l'air dans les années 1960 pour la compagnie qui deviendra plus tard Icelandair, elle y milite déjà en tant que syndicaliste. Sa carrière politique débute en 1978, lorsqu'elle fait son entrée au Parlement islandais, le Althingi. Elle y siège depuis plus de 30 ans.

Elle a occupé le poste de ministre des Affaires sociales de 1987 à 1994, avant d'y faire son retour en 2007. En 1994, elle échoue à prendre la tête du parti social démocrate. Sévèrement battue, elle lance: "mon temps viendra".

Née à Reykjavík, la capitale islandaise, le 4 octobre 1942, elle est mère de deux fils de 32 et 37 ans issus d'un premier mariage avec un homme. Jóhanna Sigurðardottir vit aujourd'hui avec l'écrivaine et journaliste islandaise Jonina Leosdottir, elle-même mère d'un fils de 28 ans.

Les deux femmes ont conclu une union civile en 2002. Ces unions sont légales en Islande depuis 1996 et offrent les mêmes droits que le mariage, même si elles n'en portent pas le nom. L’adoption est autorisée pour les homosexuels depuis 2006.

Jóhanna Sigurðardottir a dédié sa carrière politique à la défense des minorités: femmes, personnes âgées, pauvres, handicapés, immigrés et homosexuels. Si sa nomination est confirmée, sa tâche à la tête de l'Islande s'annonce ardue: redresser un pays que la crise financière a poussé à la faillite, obligeant le Fonds monétaire international (FMI) à lui venir en aide, et réconcilier les Islandais avec leur classe politique, qu'ils accusent de les avoir conduit dans ce cauchemar économique.

L'Islande avait déjà été le premier pays à élire une femme à sa présidence, Vigdís Finnbogadóttir, en 1980.