menu haut

samedi 15 mai 2010

Mobilisation contre l'homophobie


A Paris, Bordeaux, Rennes et dans une douzaine de villes françaises, à Glasgow, Berlin, Madrid, Lima, Sans Francisco, Bogota ou Tel Aviv, à Porto et Shangaï et même au Cameroun, des gays et lesbiennes vont s'embrasser en public dans les prochains jours. Objectif: marquer la Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie, lundi 17 mai.

L'homophobie, comme l'a encore montré le rapport 2010 de SOS Homophobie, reste un fléau bien présent. D'ailleurs, bien que bon enfant, les kiss-in ont décidément du mal à passer chez certains.

La Lesbian and Gay Pride de Lyon a dû taper du poing sur la table après le report de la manifestation qui devait se tenir samedi dans la ville. "Les kiss-in qui se tiennent un peu partout en France participent à la visibilité des LGBT, et sont un symbole de ce que devrait être cette égalité réelle, le droit de s'aimer et à montrer partout cet amour, sans avoir à subir de rejet", rappelle l'association dans un communiqué. Mais "des mouvements catholiques intégristes, proches de l'extrême droite, menacent cet évènement de violences graves", s'indigne-t-elle, en appelant le préfet du Rhône à "ne pas céder aux pressions de ces intégristes". Le kiss-in de Lyon a été reporté au mardi 18 mai.

Au-delà, le programme élaboré par le Comité IDAHO, organisateur de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, est chargé, avec plus de 150 événements prévus dans 39 villes en France: débats, projections, expositions, concerts...

Le thème choisi cette année porte sur les rapports difficiles entre religion et homosexualité, alors que le secrétaire d'Etat du Vatican a évoqué le 12 avril un "lien entre l'homosexualité et la pédophilie" et que le pape Benoit XVI a réaffirmé le 13 mai son oppositon au mariage homo. Un colloque sur le sujet se tiendra lundi à l'Assemblée nationale, en présence de Louis-Georges Tin, président du Comité IDAHO, de la nouvelle présidente de la Halde Jeannette Bougrab et, peut-être, du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux.

Engagée dans la lutte contre l'homophobie dans le sport, la secrétaire d'Etat Rama Yade réunira quant à elle les associations LGBT (Comité IDAHO, SOS Homophobie, Fédération sportive gaie et lesbienne, Paris Foot Gay…) et le mouvement sportif (fédérations, INSEP) lundi pour évoquer le sujet.