menu haut

vendredi 12 février 2010

Pour la Saint Valentin, embrassez-vous (en public)!


Contre l'homophobie, un "attentat aux bisous kamikazes": c'est le pari d'un petit groupe de bénévoles qui organise régulièrement des "kiss-in" depuis 2009. A un lieu et à une date donnée, au coup de sifflet, tous les participants s'embrassent, ou à défaut se tiennent la main, pendant 5 minutes. Et mine de rien, c'est encore loin d'être anodin.

Hétéros comme homos, couples comme célibataires: tout le monde est bienvenu, l'objectif étant d'encourager les gays et lesbiennes à assumer leur orientation sans crainte et de banaliser les gestes d'affections entre personnes homosexuelles. Saint Valentin oblige, le prochain "kiss-in" aura lieu dimanche, à 14h, place Saint-Michel à Paris (mais aussi à Angers, Auxerre, Bordeaux, Caen, Gap, Lille, Lyon, Marseille, Nice, Poitiers, Rennes, Toulon, Toulouse, et même Sydney en Australie, Lima au Pérou ou Caracas au Vénézuela).


Les organisateurs voulaient à l'origine organiser le "kiss-in" parisien place Notre-Dame, mais leur projet a fait réagir les mouvements catholiques intégristes, qui menaçaient sur internet de "défendre" la cathédrale. Les Verts du Conseil de Paris ont dénoncé la "dérobade de la Préfecture de Police, qui a refusé d’assurer la sécurité aux organisateurs" dans ces conditions ."Le déplacement de l’action constitue un signal d’encouragement particulièrement regrettable en direction de tous les mouvements intégristes, qui voient leur stratégie d’intimidation aboutir", ont-il estimé dans un communiqué.

L'idée a en revanche emballé SOS Racisme qui a décidé d'organiser aussi un "kiss in" dimanche place Saint-Michel, une heure après celui contre l'homophobie. Histoire de souhaiter une "joyeuse Saint Valentin à Monsieur Besson", le ministre de l'Immigration, et de défendre les couples mixtes.

Parallèlement, un collectif d'organisations de jeunes et étudiants LGBT (Caélif, le Mag, Moules-Frites, ECLS, Animafac et la LMDE) ont lancé une campagne d'affichage nationale dans les facs et grandes écoles, ainsi que dans plusieurs lycées de la région parisienne. Les trois affiches inspirées de la célèbre photographie du Baiser de l'hôtel de ville de Robert Doisneau, veulent faire passer le message que "quelque forme que prenne l'amour, il s'agit toujours bien d'aimer... simplement". Quelque 8.000 affiches et 10.000 flyers seront diffusés pendant la semaine de la Saint-Valentin, principalement dans les
universités, grandes écoles, ainsi que plusieurs lycées de la région parisienne. Ces visuels sont téléchargeables sur le site aimer-simplement.org.