menu haut

vendredi 15 janvier 2010

Homos: et si la Chine s'ouvrait?


La photo du premier "mariage" gay en Chine en Une du "China daily", quotidien officiel en anglais: c'est le petit événement qui a donné beaucoup d'espoir aux lesbiennes et gays chinois mercredi.

Si l'union des homosexuels n'est pas officiellement reconnue dans ce pays, cela n'a pas empêché Zeng Anquan, un architecte de 47 ans, et Pan Wenjie, un soldat démobilisé de 27 ans (photo China Daily), de se "marier" le 3 janvier dans un bar gay de la ville de Chengdu. Leurs familles ont toutefois refusé de participer à la cérémonie.

Il y aurait 20 millions de gays et 10 millions de lesbiennes en Chine selon des experts chinois. Et le pays s'ouvre peu à peu: l'homosexualité n'est plus un crime depuis 1997, et plus considérée officiellement comme une maladie mentale depuis 2001. Le mois dernier, le gouvernement a autorisé l'ouverture du premier bar gay officiel dans la ville touristique de Dali, dans le Yunnan (sud-ouest), et en juin s'est tenu, discrètement il est vrai, le premier festival de la fierté gay à Shangai.

Le combat est toutefois loin d'être gagné: le premier concours de beauté gay organisé en Chine, qui devait désigner vendredi dans un club de Pékin le représentant pour l'Asie en vue de l'élection de "M. Gay world" le mois prochain en Norvège, a finalement été interdit au dernier moment. "Ce concours va aider la société à mieux comprendre les homosexuels", avait pourtant espéré l'organisateur Ben Zhang dans les colonnes de "China daily".