menu haut

jeudi 3 décembre 2009

Amélie Mauresmo: la retraite à 30 ans

Photo C. Dubreuil, site officiel d'Amélie Mauresmo

"Je ne vais pas y aller par quatre chemins: j'ai décidé de mettre un terme à ma carrière." Amélie Mauresmo a versé quelques larmes jeudi en annonçant son retrait du tennis professionnel, mais à 30 ans, la seule joueuse française à avoir été numéro un mondial le reconnaît: "Je n'ai plus envie d'aller sur le terrain m'entraîner."

A son palmarès sportif, Amélie Mauresmo peut ajouter la médaille du coming out, pour avoir rendu publique son homosexualité lors de l'Open d'Australie en 1999, à 19 ans. Elle est la lesbienne "out" la plus populaire de France et pose à plusieurs reprises en couverture de "Paris Match", sans résister parfois à la tentation de "prouver" qu'on peut être lesbienne et féminine. En 2005, le magazine la couronne "Femme de l'année". Son coming out courageux et malheureusement unique dans un milieu largement homophobe fait d'elle une icône à la fois sportive et lesbienne, à l'image d'une Martina Navratilova.

Aujourd'hui, la star des courts quitte le circuit professionnel. "C'est une décision qui a été longuement réfléchie. J'avais envie de prendre mon temps. C'est vrai que c'est un peu triste, mais c'est une décision qui est venue à moi comme une évidence au fil des dernières semaines et des derniers mois (...) La flamme, l'envie, la passion ne sont plus là", a-t-elle encore expliqué aux journalistes, du haut de ses "25 ans de vie tennistique".

"J'ai obtenu des résultats qui sont allés au-delà de mes rêves, de mes espérances (mais) je crois que dans ma tête, ça s'est terminé après Wimbledon. Je crois que le moment est venu de tourner la page et de passer à autre chose", ajoute Amélie Mauresmo. De ses projets, elle ne veut pas dévoiler grand-chose. "J'aime bien prendre mon temps, ne pas me précipiter", se justifie-t-elle. Elle reconnaît quand même avoir "quelques idées en tête" et se dit prête à "relever de nouveaux challenges".