menu haut

mardi 30 décembre 2008

Le coming-out mal vécu nuit gravement à la santé

Un coming out mal accueilli peut vous pourrir la santé. C'est la conclusion d'une étude américaine selon laquelle les jeunes homosexuels, bi ou trans dont la famille a réagi négativement à l'annonce de leur orientation sexuelle risquent beaucoup plus de se suicider, de plonger dans de graves dépressions ou de prendre de la drogue.

Caitlin Ryan, la chercheuse de l'Université d'Etat de San Francisco qui a dirigé l'enquête publiée dans la revue "Pediatrics" de janvier, conseille donc aux parents ou tuteurs d'essayer de modérer leur réaction plutôt que de rejeter brutalement les jeunes gays et lesbiennes, dont la santé mentale pourrait en être fortement fragilisée.

Il apparaît par exemple qu'empêcher un jeune homo d'en fréquenter d'autres peut s'avérer aussi traumatisant pour l'intéressé que de l'insulter ou le frapper.

L'étude montre comme la plupart des travaux sur la question que les jeunes gays et lesbiennes ont en moyenne moins de 11 ans la première fois qu'ils se sentent attirés par le même sexe, un peu plus de 14 quand ils comprennent qu'ils sont homosexuels, et moins de 16 ans quand ils l'annoncent à la famille.